Critique: Mommy

579120.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    08 octobre 2014
  • Réalisé par :
    Xavier Dolan
  • Avec :
    Anne Dorval, Suzanne Clement, Antoine-Olivier Pilon…
  • Durée :
    2h14min
  • Pays de production :
    Canada
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Mommy
  • Distributeur :
    Diaphana Distribution

Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.

Prix du jury au dernier festival de Cannes, Mommy est le cinquième long métrage du jeune prodige québécois de 25 ans, Xavier Dolan. Si Dolan est le chouchou d’une certaine critique et du public, il en agace plus d’un (moi y compris) pour sa mise en scène trop clipesque ou son goût pour le remplissage à outrance à base d’effets de style inutiles pour contrebalancer un propos parfois un peu léger. Force est de reconnaître que si Mommy garde quelques défauts de son auteur (quelques longueurs ou quelques effets de style superflus), ce nouveau film emporte l’adhésion grâce à une mise en scène plus discrète et plus au service de ses comédiens, un magnifique trio Antoine-Olivier Pilon/Anne Dorval/Suzanne Clément. Si le choix d’un format carré pour l’image (qui déstabilisa le projectionniste ne sachant comment projeter le film!) nous faisait craindre une de ces coquetteries qui agacent, son utilité éclate à la moitié du film dans une des plus belles idées de mise en scène de l’année!

Souvent drôle (un florilège de vocabulaire en joual, argot québecois!), cette histoire se montre aussi poignante et surtout prouve que Xavier Dolan, au-delà des défauts dus probablement à son jeune âge, porte en lui le Cinéma, incarne le Cinéma! L’un des beaux films de cette année!

4

 

Cannes 2014: le Palmarès

festival_de_cannes_2014___le_palmar__s_complet_de_la_67__me___dition_4415_north_640x440

Le jury présidé par la réalisatrice Jane Campion avait suscité beaucoup d’attentes et le verdict est tombé, entraînant comme toujours critiques et objections de la part de la presse. Je me garderai bien de tout commentaire n’ayant pas vu les films, excepté celui des frères Dardenne, pour une fois absent de ce palmarès.

– Palme d’or: « Winter sleep » du Turc Nuri Bilge Ceylan
– Grand prix: « Le meraviglie », de l’Italienne Alice Rohrwacher
– Prix d’interprétation féminine: l’Américaine Julianne Moore, pour son rôle dans « Maps to the stars », du Canadien David Cronenberg
– Prix d’interprétation masculine: le Britannique Timothy Spall, pour son rôle dans « Mr Turner », de Mike Leigh
– Prix de la mise de scène: l’Américain Bennett Miller pour « Foxcatcher »
– Prix du scénario: les Russes Andreï Zviaguintsev et Oleg Negin pour « Leviathan »
– Prix du Jury ex aequo: « Mommy » de Xavier Dolan et « Adieu au langage » de Jean-Luc Godard
– Caméra d’or: « Party girl », des Français Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
– Palme d’or du court métrage: « Leidi », du Colombien Simon Mesa Soto

On retiendra de cette cérémonie de clôture l’émotion du jeune Canadien Xavier Dolan.