Critique: #JeSuisLà

522394-jesuisla-avec-alain-chabat-la-bande-annonce

Réalisation Éric Lartigau
Scénario Éric Lartigau
Thomas Bidegain
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont
Rectangle Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre comédie romantique
Sortie 5 Février 2020

Stéphane mène une vie paisible au Pays Basque entre ses deux fils, aujourd’hui adultes, son ex-femme et son métier de chef cuisinier. Le petit frisson dont chacun rêve, il le trouve sur les réseaux sociaux où il échange au quotidien avec Soo, une jeune sud-coréenne. Sur un coup de tête, il décide de s’envoler pour la Corée dans l’espoir de la rencontrer. Dès son arrivée à l’aéroport de Séoul, un nouveau monde s’ouvre à lui…

6 ans après « la Famille Bélier« , Eric Lartigau convoque pour la seconde fois après « Prête-moi ta main » le comédien Alain Chabat pour une histoire qui n’est pas sans rappeler « Lost in Translation » de Sofia Coppola. Un restaurateur quinquagénaire décide de partir à la rencontre d’une Coréenne avec qui il a entamé une relation épistolaire (via Insta) depuis des semaines. Malheureusement, alors qu’elle devait le récupérer à l’aéroport de Séoul, elle n’arrive jamais et Stéphane l’y attendra près de 15 jours! Si l’on ne peut que se réjouir de voir un Alain Chabat des grands soirs, plus émouvant que déconnant, le film ne décolle jamais vraiment en raison d’un rythme très lent, presque contemplatif. En outre, le scénario n’est pas des plus convaincant, le personnage de Stéphane laissant trop de zones d’ombre et des comportements incompréhensibles: qui resterait plus de 10 jours dans un aéroport à attendre? Bref, si le film se regarde avec un certain plaisir malgré tout, on reste malheureusement sur notre faim…

3

Critique Dvd: Réalité

71NHZ6snuiL._SL1500_

  • Date de sortie salles :
    18 février 2015
  • Réalisé par :
    Quentin Dupieux
  • Avec :
    Alain Chabat, Jonathan Lambert, Elodie Bouchez…
  • Durée :
    1h27min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Diaphana Distribution

LE FILM:

4

Jason Tantra, un cameraman placide, rêve de réaliser son premier film d’horreur. Bob Marshall, un riche producteur, accepte de financer son film à une seule condition : Jason a 48 heures pour trouver le meilleur gémissement de l’histoire du cinéma…

« Réalité » est typiquement le film inracontable! Autour de cette situation de base (un réalisateur rencontre un producteur pour lui présenter son projet de film d’horreur), gravitent tout un tas de situations et de personnages complètement loufoques: un présentateur déguisé en rat souffrant d’eczéma « intérieur », une fillette qui trouve une mystérieuse K7 dans les entrailles d’un sanglier dépecé par son père, un homme habillé en femme qui se balade en jeep,…. Toutes ces situations tiennent tantôt du rêve tantôt du film présent sur la cassette! Quentin Dupieux livre donc ici un OVNI complètement dingue, une mise en abîme vertigineuse avec un Chabat décalé comme on l’aime! Si David Lynch s’était lancé dans la comédie, il aurait réalisé Réalité!

TECHNIQUE:

4

Irréprochable! A noter que le film est principalement en Anglais sous-titré.

BONUS:

2

Outre quelques bandes annonces, on trouve une interview de Jonathan Lambert et Elodie Bouchez.

VERDICT:

4

Un OVNI décalé et loufoque!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Diaphana dès le 17 juin

CRITIQUE BLU-RAY: LES GAMINS

LES_GAMINSLE FILM: 6/10

Tout juste fiancé, Thomas rencontre son futur beau-père Gilbert, marié depuis 30 ans à Suzanne. Gilbert, désabusé, est convaincu d’être passé à côté de sa vie à cause de son couple. Il dissuade Thomas d’épouser sa fille Lola et le pousse à tout plaquer à ses côtés. Ils se lancent alors dans une nouvelle vie de gamins pleine de péripéties, persuadés que la liberté est ailleurs. Mais à quel prix
retrouve t-on ses rêves d’ado ?…

Très drôle dans sa première demi-heure, les Gamins tombent petit à petit dans quelque chose de plus convenu et même dans quelques scènes frôle même le ridicule, notamment tout ce qui touche à la jeune chanteuse et son clip! Surfant sur une morale assez douteuse selon laquelle le mariage et en particulier la femme, est un frein à l’épanouissement de l’homme, le film sauvera la morale plus tard. Quoi qu’il en soit le film doit énormément à son excellent casting avec Max Boublil, Sandrine Kiberlain et Mélanie Bernier mais surtout à Alain Chabat dans un rôle de quinqua adolescent dans sa tête qui lui va comme un gant.

Plaisant mais pas inoubliable…

TECHNIQUE: 10/10

C’est la perfection au niveau image mais aussi du son qui sait être explosif lors des passages musicaux.

BONUS: 2/10

Seul bonus, un making of très court sans grand intérêt si ce n’est de refléter la bonne ambiance sur le tournage.

VERDICT: 6/10

Une comédie portée à bout de bras par un Chabat survolté!

Disponible en DVD(19.99 euros) et blu-ray (19.99 euros) chez Gaumont dès le 18 septembre

 


CRITIQUE: SUR LA PISTE DU MARSUPILAMI

Quand Dan Geraldo, reporter en quête de scoop, arrive en Palombie, il ne se doute pas qu’il va faire la plus incroyable des découvertes… Avec Pablito, guide local plein de ressources, ils vont aller de surprise en surprise au cours d’une aventure trépidante et surtout révéler une nouvelle extraordinaire : Le Marsupilami, animal mythique et facétieux, existe vraiment !!!

Après le naufrage « Rrrrrr », on espérait retrouver le Chabat inspiré d' »Astérix Mission Cléopatre »! Et on est pas déçu! Pour cette adaptation de la BD de Franquin, Chabat en respecte l’esprit. Malgré un scénario un peu foutraque, la grande réussite de Chabat est d’avoir réussi à injecter une bonne dose d’humour nullesque voire d’inspiration ZAZ (la série des Y a-t-il…). Avec son casting hétéroclite (Outre Chabat et Debbouze, on retrouve Fred Testot, Lambert Wilson ou Patrick Timsit), le Marsupilami est une succession de scènes et de répliques cultes et Lambert Wilson en dictateur fan de Céline Dion n’y est pas pour rien! Un excellent divertissement qui fera hurler de rire toute la famille!