Critique: Crawl

1247482.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Alexandre Aja
Scénario Michael Rasmussen
Shawn Rasmussen
Acteurs principaux
Sociétés de production Raimi Productions
Ghost House Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre horreur
Durée 87 minutes
Sortie 24 juillet 2019

Quand un violent ouragan s’abat sur sa ville natale de Floride, Hayley ignore les ordres d’évacuation pour partir à la recherche de son père porté disparu. Elle le retrouve grièvement blessé dans le sous-sol de la maison familiale et réalise qu’ils sont tous les deux menacés par une inondation progressant à une vitesse inquiétante. Alors que s’enclenche une course contre la montre pour fuir l’ouragan en marche, Haley et son père comprennent que l’inondation est loin d’être la plus terrifiante des menaces qui les attend…

6 ans après son dernier film à sortir en salle, le séduisant « Horns » (entre temps son dernier film était directement sorti en VOD, « la 9ème vie de Louis Drax »), le frenchie Alexandre Aja, à qui l’on doit deux remakes réussis (Piranhas 3D et La colline a des yeux), revient au film de monstres! Ces derniers sont cette fois des alligators qui, en pleine tornade, ont tout le loisir de se balader dans une bourgade de Floride, jusque dans la cave des personnages principaux! En 90 minutes, Aja nous propose un tour de grand huit qui, s’il suit un sentier balisé, s’avère d’une efficacité redoutable. L’action et le suspense sont ininterrompus, l’humour est au rendez-vous et les créatures sont convaincantes. Aja s’amuse et sait divertir son public avide de frissons qui devrait profiter des fortes chaleurs pour ce petit bain fort rafraîchissant!

4

Publicités

Critique Dvd: Horns

71L9bYIWjcL._SL1324_

  • Date de sortie :
    01 octobre 2014
  • Réalisé par :
    Alexandre Aja
  • Avec :
    Daniel RadcliffeMax MinghellaJoe Anderson
  • Durée :
    1h59min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2013
  • Titre original : Horns
  • Distributeur :
    Metropolitan

LE FILM:

4

 

Soupçonné d’avoir assassiné sa fiancée, rejeté par tous ceux qu’il connaît, Ignatius a sombré dans le désespoir. Un matin, il se réveille avec des cornes sur la tête. Celles-ci lui donnent un étrange pouvoir, celui de faire avouer leurs plus noirs secrets aux gens qu’il croise. Ignatius se lance alors à la recherche du véritable meurtrier…

Dans le domaine de l’horreur, Alexandre Aja s’est positionné comme l’un des cinéastes en vue avec des réussites telles que « Haute tension », « la Colline a des yeux », « Piranhas » ou encore « Maniac » avec un seul faux pas, le médiocre « Mirrors ». A la lecture du synopsis de son dernier film, on pouvait s’inquiéter de l’histoire de ce gars à qui il pousse une paire de cornes à faire pâlir Anne Sinclair!

La surprise n’en est que meilleure à la vue de Horns. Aja nous offre, sous des allures de conte fantastique, un savant mélange entre le whodunit (littéralement « qui a fait ça ») et une vraie love story. Si l’on peut regretter une fin légèrement grand guinolesque, le film réussit tout au long à tenir en haleine, divertir et même émouvoir, tout ceci grâce à une mise en scène vraiment inspirée et une interprétation parfaite, notamment de Daniel Radcliffe, qui parvient à faire oublier son passé de magicien à lunettes! Jubilatoire!

TECHNIQUE:

3.5

 

Un résultat convenable même si la très belle photo du film exigerait plutôt la HD!

BONUS:

2

 

On trouve ici, outre les bandes annonces d’usage, quelques scènes coupées et de très courtes interviews. On aurait bien aimé un making of digne de ce nom!

VERDICT:

4

 

Un conte fantastique jubilatoire!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Metropolitan Vidéo dès le 25 février


Le film à voir entre potes: PIRANHA 3D

220px-Piranha_3d_poster

Alors que Victoria Lake s’apprête à accueillir le fameux Spring Break ( fête qui a lieu au mois de mars aux Etats-Unis durant laquelle les jeunes universitaires se retrouvent au soleil pour se livrer à tous les excès), une secousse sismique ouvre une faille dans le lac. Et dans cette faille sommeille depuis des millions d’années, une espèce de piranha à l’appétit dévorant…

Alexandre Aja, capable du meilleur  (Haute tension, la Colline a des yeux) comme du pire (Mirrors), se montre ici clairement à son avantage. Il signe une sorte de remake du film de Joe Dante, classique du film d’horreur des années 70, en en réalisant une version complètement déjantée! Sexe et gore à volonté! Aja se vante d’ailleurs d’avoir utilisé plus le litres de sang que dans les 2 Kill Bill réunis! L’humour est tout de même omniprésent, comme dans cette scène où les seuls restes d’une pin-up sont ses prothèses mammaires qui flottent comme deux méduses! Le casting est plein de clins d’oeils avec l’apparition de Richard Dreyfuss (comme si son personnage était le même que celui des Dents de la Mer mais retraité!), le rôle de Christopher Loyd (avec une référence à Retour vers le futur) et la présence d’Elisabeth Shue qui avait un peu disparu de la circulation depuis une dizaine d’années (Hollow Man).

Enfin, la 3D ne gache rien ici et nous permet de mieux nous immerger dans les eaux du lac. Le film à voir entre potes pour 3 raisons:

– des jolies filles

– du gore à outrance

– des références cinéphiliques à foison!

CRITIQUE: PIRANHA 3D (2010)

Alors que Victoria Lake s’apprête à accueillir le fameux Spring Break ( fête qui a lieu au mois de mars aux Etats-Unis durant laquelle les jeunes universitaires se retrouvent au soleil pour se livrer à tous les excès), une secousse sismique ouvre une faille dans le lac. Et dans cette faille sommeille depuis des millions d’années, une espèce de piranha à l’appétit dévorant…

Alexandre Aja, capable du meilleur  (Haute tension, la Colline a des yeux) comme du pire (Mirrors), se montre ici clairement à son avantage. Il signe une sorte de remake du film de Joe Dante, classique du film d’horreur des années 70, en en réalisant une version complètement déjantée! Sexe et gore à volonté! Aja se vante d’ailleurs d’avoir utilisé plus le litres de sang que dans les 2 Kill Bill réunis! L’humour est tout de même omniprésent, comme dans cette scène où les seuls restes d’une pin-up sont ses prothèses mammaires qui flottent comme deux méduses! Le casting est plein de clins d’oeils avec l’apparition de Richard Dreyfuss (comme si son personnage était le même que celui des Dents de la Mer mais retraité!), le rôle de Christopher Loyd (avec une référence à Retour vers le futur) et la présence d’Elisabeth Shue qui avait un peu disparu de la circulation depuis une dizaine d’années (Hollow Man).

Enfin, la 3D ne gache rien ici et nous permet de mieux nous immerger dans les eaux du lac. Un film à voir pour le fun!