Critique: Oss 117, Alerte rouge en Afrique Noire

RéalisationNicolas Bedos
ScénarioJean-François Halin
MusiqueAnne-Sophie Versnaeyen
Nicolas Bedos
Acteurs principauxJean Dujardin
Pierre Niney
Sociétés de productionMandarin Cinéma
Gaumont
M6 Films
Pays d’origine France
GenreComédie d’espionnage
Durée116 minutes
Sortie4 août 2021

1981. Hubert Bonisseur de La Bath, alias OSS 117, est de retour. Pour cette nouvelle mission, plus délicate, plus périlleuse et plus torride que jamais, il est contraint de faire équipe avec un jeune collègue, le prometteur OSS 1001.

Après « Monsieur et Madame Adelman » et « la Belle Epoque », Nicolas Bedos réalise son troisième film en prenant la suite de Michell Hazanavicius aux commandes d’Oss 117. Après le Caire et Rio, Hubert Bonisseur de la Bath reprend du service en Afrique Noire pour tenter d’empêcher la destitution d’un dictateur « copain’ de la France. L’action est désormais située dans les années 80, à la transition entre les années Giscard et les années Miterrand. OSS 117 est un symbole, référence du passé et doit maintenant se coltiner la relève incarnée par Pierre Niney. Nicolas Bedos se fait plaisir avec des dialogues finement ciselés et rend plus que jamais hommage aux films de James Bond, que ce soit à travers un générique digne des meilleurs 007 ou un méchant avec une pince métallique, cousin lointain de « Requin ». Le produit est bien léché, la photo est magnifique et le duo Dujardin/Niney offre quelques bons moments de rigolade.

La comédie de l’été!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s