Critique: Passion Simple (FIFIB 2020)

« À partir du mois de septembre l’année dernière, je n’ai plus rien fait d’autre qu’attendre un homme : qu’il me téléphone et qu’il vienne chez moi. Tout de lui m’a été précieux, ses yeux, sa bouche, son sexe, ses souvenirs d’enfant, sa voix… »

Quatrième long métrage de la réalisatrice franco-libanaise Danielle Arbid, « Passion Simple » est l’adaptation du livre éponyme d’Annie Ernaud qui rencontra lors de sa sortie un joli succès public à défaut d’un succès critique. Passion Simple est l’histoire d’une jeune professeure de lettres, maman d’un petit garçon, qui vit une histoire passionnelle avec un jeune Russe marié de son côté. La règle est simple: elle n’a pas le droit de l’appeler mais juste d’attendre qu’il veuille bien la voir. Leurs rencontres sont exclusivement basées sur le sexe. Pourtant, Petit à petit, Hélène perd la raison… La réalisatrice illustre cette passion charnelle filmant les ébats de manière assez crue mais jamais vulgaire avec un joli travail sur la photo. Seul regret, une utilisation de la musique un peu hors sujet, donnant à ce film plutôt réaliste des airs de romcom à certains moments. Petit détail tant l’interprétation magistrale de Laetitia Dosch confirme une fois de plus quelle grande actrice elle est. A voir…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s