Critique: Diamantino

4564267.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Gabriel Abrantes
Daniel Schmidt
Scénario Gabriel Abrantes
Daniel Schmidt
Pays d’origine Drapeau du Portugal Portugal
Genre comédie dramatique
Durée 92 minutes
Sortie 27 novembre 2018

Magnifique, candide et attachant, Diamantino est l’icône planétaire du football, un héros flamboyant touché par la grâce. Quand soudain, en pleine Coupe du Monde, son génie s’envole dans les vapeurs roses de ses visions magiques, sa carrière est stoppée net. Problème : il ne connaît rien d’autre.
La star déchue, devenue objet de risée nationale, découvre alors le monde – les autres. Le voilà embarqué dans maintes péripéties qui mutent en odyssée : conspiration familiale (ses deux soeurs n’en veulent qu’à sa fortune), manipulations génétiques
délirantes, crise des réfugiés, complotisme de l’extrême-droite… Et, au beau milieu de cette tragédie, où son chat semble être son dernier supporter, pourtant, surgit l’Amour. Le vrai. C’était écrit.

Diamantino est LA star du foot au Portugual, le héros national, un peu à l’image d’un modèle bien connu, Cristiano Ronaldo, le même physique d’éphèbe et le même talent confinant au génie. Seul hic, il est un peu bas du front, ne connaissant absolument rien en dehors du carré de pelouse et des chiots géants qui courent autour de lui dans son imagination lorsqu’il est balle au pied! Il va pourtant prendre conscience, un jour sur son yacht, du monde qui l’entoure, lorsqu’il croisera la route de migrants sur une embarcation de fortune. Très vite les chiots vont disparaître et son mojo avec, en finale de coupe du monde, lorsqu’il ratera le penalty qui aurait sauvé son pays! Il va alors se remettre en question et décider d’adopter un petit africain. C’est sans compter sur ses soeurs jumelles guidées par l’appât du gain, l’état portuguais aux penchants nationalistes, des espionnes et un dérèglement hormonal qui lui fera pousser des seins!

Cette histoire complètement folle est totalement réjouissante aussi bien sur le fond que sur la forme. « Diamantino » brasse en effet tout un tas de thèmes forts comme la crise des migrants, la montée des nationalismes, la célébrité ou les manipulations génétiques avec un côté fourre-tout aux aspects queer des plus emballants. Quant à l’interprétation de Carlotto Cotta en ahuri puceau en quête d’amour, on est absolument sous le charme! Un OFNI à voir absolument!

4.5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s