Critique: La belle et la belle

3021034.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Sophie Fillières
Scénario Sophie Fillières
Acteurs principaux
Sociétés de production Christmas in July
France 3 Cinéma
Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie romantique
Durée 95 minutes
Sortie 14 mars 2018

Margaux, 20 ans, fait la connaissance de Margaux, 45 ans : tout les unit, il s’avère qu’elles ne forment qu’une seule et même personne, à deux âges différents de leur vie…

Sixième long métrage de Sophie Fillières, « la Belle et la Belle » est une comédie qui repose sur un postulat « fantastique ». Si durant les 20 premières minutes, on se demande qui sont ces deux femmes, Margaux la quadra et Margaux la jeune femme, que l’on voit évoluer chacune de son côté, on comprend vite qu’elles sont qu’une et même personne, à 20 ans d’écart. L’une a tout à apprendre de l’expérience de l’autre et cette dernière a peut-être l’occasion de corriger les erreurs de son passé. Légèrement surréaliste cette réflexion sur le temps se déguste avec grand plaisir, portée par un trio d’acteurs formidable (Agathe Bonitzer, Sandrine Kiberlain et Melvil Poupaud) et une mise en scène lumineuse. Un régal!

4.5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s