Critique: I Am Not A Witch (FIFIB 2017)

Refusant de répondre à une accusation de sorcellerie, une petite fille de 9 ans est envoyée de force dans un camp de femmes-sorcières. Rebaptisée Shula, la fillette est soumise à un sortilège qui l’empêche de s’enfuir. Elle est désormais au service du ministère du Tourisme et des Croyances Traditionnelles qui l’utilise à son gré. 

Premier film de la réalisatrice Rungano Nyoni, « I am not a witch » mêle réalisme documentaire et fable satirique. Dans un pays d’Afrique indéfini, certaines femmes qualifiées de sorcières sont mises de côté et exposées par le Ministère du Tourisme aux touristes du monde entier. Une enfant de 9 ans subit le même sort, utilisée par exemple pour désigner les coupables de divers forfaits. Si l’on peut regretter une certaine froideur du traitement, ce premier film se distingue par sa superbe photographie et un sens du cadre assez rare. La force du sujet et les qualités plastiques du film révèlent une réalisatrice à suivre!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s