Critique: Corniche Kennedy

490483.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Corniche Kennedy. Dans le bleu de la Méditerranée, au pied des luxueuses villas, les minots de Marseille défient les lois de la gravité. Marco, Mehdi, Franck, Mélissa, Hamza, Mamaa, Julie : filles et garçons plongent, s’envolent, prennent des risques pour vivre plus fort. Suzanne les dévore des yeux depuis sa villa chic. Leurs corps libres, leurs excès. Elle veut en être. Elle va en être.

Désireuse de filmer Marseille, Dominique Cabrera tombe sur le livre de Maylis de Kerangal qui parle de ces minots qui sautent du haut de la Corniche au mépris de tous les dangers. Après les avoir rencontrés, elle décide donc d’adapter le roman et de faire appel à ces jeunes, dont Alain de Maria et Kamel Kadri. Alors que l’un d’eux flirte avec le gangsterisme, une jeune femme (Lola Creton), fascinée par ces jeunes « fous », va intégrer la bande et affronter ses peurs. La réalisatrice aborde l’adolescence, cet âge où l’on est prêt à tout sans se soucier des conséquences avec une certaine luminosité et mêle triangle amoureux et polar. Un joli film porté par la très talentueuse Lola Créton et les deux petits nouveaux aux exploits insensés, Aain de Maria et Kamel Kadri.

3.5

Sortie le 18 janvier

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s