Critique: « Hair » de Mahmoud Ghaffari (FIFIB 2016)

xl_artist_22_20161006054053_6ea2082d

Trois jeunes sportives iraniennes muettes sont sélectionnées aux championnats du monde de karaté, qui se déroulent en Allemagne. Les autorités iraniennes ne s’opposent pas à leur participation, pourvu que la tenue réglementaire couvre leurs cheveux et leur cou…

Second long métrage de Mahmoud Ghaffari, « Hair » fait partie de ces films qui ne s’embarrassent pas de la forme mais qui vous saisissent par leur propos et par la rage qu’ils portent en eux. Tourné caméra à l’épaule, « Hair » suit trois jeunes femmes malentendantes qui vont tout tenter pour accomplir leur rêve, représenter leur pays dans une compétition internationale. Elles cumulent malheureusement deux handicaps en Iran: elles sont des femmes, qui plus est sourdes. Pour accentuer l’exclusion qu’elles vivent au quotidien, le réalisateur a fait le choix de ne pas sous-titrer lorsqu’elles s’expriment en langue des signes, tout comme dans le film « The Tribe ». Pourtant, le talent de ces trois jeunes actrices est tel que l’on comprend aisément chaque scène. La révolte de l’une des trois athlètes restera comme l’une des images fortes de ce Festival et Mahmoud Ghaffari apporte la plus belle définition au mot « Indépendance »!

4.5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s