CRITIQUE: THE COMPANY MEN (2010)

Bobby Walker est l’incarnation même du rêve américain : il a un très bon job, une merveilleuse famille, et une Porsche toute neuve dans son garage. Mais lorsque la société qui l’emploie réduit ses effectifs, Bobby se retrouve au chômage, tout comme ses collègues Phil Woodward et Gene McClary. Les trois hommes sont alors confrontés à une profonde remise en cause de leur vie d’hommes, de maris et de pères de famille.
Bien loin de ses talents de cadre supérieur, Bobby se retrouve obligé d’accepter un emploi dans le bâtiment pour le compte de son beau-frère. Cette expérience va le pousser à découvrir qu’il y a peut-être plus important dans l’existence que de courir après la réussite…

Visite au coeur de l' »american nightmare »! Pour son premier long métrage, John Wells brosse le portrait d’une Amérique touchée de plein fouet par la crise financière, à l’image du récent « in the air« . La bonne idée est ici de montrer des hommes uniquement définis par leur position sociale qui tout d’un coup se retrouvent tout en bas de l’échelle. Il faut voir la réaction de Bobby Walker quand il s’aperçoit que sa femme n’a pas réglé son abonnement au golf! Quelle humiliation!

Côté casting, le jeune loup ben Affleck (assez bon dans ce film) est épaulé par trois vieux briscards au top: Tommy Lee Jones, Chris Cooper et Kevin Costner. Seul bémol, un scénario qui aurait mérité un peu plus de chair et une mise en scène très classique. Mais les films de gauche sont tellement rares outre-Atlantique que l’initiative est à saluer!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s