CRITIQUE: ENTER THE VOID (2009)

Oscar (Nathaniel Brown) et sa sœur Linda (Paz De La Huerta) vivent à Tokyo. Oscar est dealer, Linda est strip-teaseuse dans une boîte de nuit. Un soir, lors d’un deal qui tourne mal, Oscar est abattu par la police dans les toilettes d’un bar appelé le « Void ». Alors qu’il agonise, son esprit se détache de son enveloppe charnelle et vogue au-dessus de la ville, refusant de quitter le monde des vivants…

Gaspar Noë, qu’on aime ou pas son travail, ne laisse jamais insensible. Je n’arrive d’ailleurs toujours pas à savoir si j’aime ou pas son précédent film, « irréversible » qui me choque profondément mais dont j’admire certains passages. Il faut bien savoir où l’on met les pieds avant de voir « enter the void »: il ne s’agit pas d’un film au sens courant mais plutôt d’une expérience hors du commun. Durant deux heures et demie, on assiste à partir de la mort d’Oscar à l’errance de l’âme du défunt qui lui fera voir d’abord les réactions de ces proches à la suite de son décès, puis des flashbacks sur son existence puis sa réincarnation. Noë fait appel à tous les sens du spectateur en utilisant tous les outils à sa disposition, sonores ou visuels nous gratifiant même d’une scène de pénétration vue de l’intérieur du corps de la femme (!). Il ne faut donc pas à voir un film classique avec un scénario linéaire mais bien une vraie expérience sensorielle qui en rebutera plus d’un mais qui s’avérera unique pour ceux qui sauront s’y pencher. A voir.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s