CRITIQUE: AUTOPSIE D’UN MEURTRE (1959)

L’avocat Paul Biegler (James Stewart) est engagé par Laura Manion (Kim Novak) pour défendre son mari (Ben Gazzara) accusé de meurtre. Il a tiré sur un patron de bar qui avait violé celle-ci. Le procès a lieu et fait surtout l’objet de formidables joutes oratoires entre Biegler et l’avocat adverse incarné par George C. Scott.

Preminger réalise ici un film sur l’absurdité de la justice des hommes où finalement la vérité importe peu, seules les batailles juridiques comptent.

Ce film fut jugé scandaleux à l’époque et subit la censure. S’agissant d’une affaire de viol, on y évoque en effet, les mots « slip » et « spermatogénèse » qui ont affolé les bonnes moeurs . C’est certainement un des meilleurs films de procès, spécialité américaine, servi par un casting quatre étoiles avec une mention spéciale pour James Stewart toujours formidable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s