CRITIQUE: THE COVE, LA BAIE DE LA HONTE (2009)

EuropaCorp Distribution

Autrefois dresseur des dauphins pour la série « Flipper », Ric O’Barry est aujourd’hui le plus grand défenseur de la cause des cétacés. Son principal cheval de bataille: mettre au grand jour le massacre de milliers de dauphins à Taiji au Japon. Cette baie est gardée comme un coffre-fort par les autorités et les pêcheurs de cette ville ne laissant aucun étranger approcher. Ric O’Barry va donc monter une équipe de spécialistes pour réussir à voler des images de cette catastrophe.

Divisé en trois parties, l’exposé du problème, la préparation de l’intervention et le recrutement de l’équipe et enfin la mission, le film est un vrai coup de poing qui laisse des traces. Il choque le spectateur et le harponne comme un véritable thriller, sans être sensationnaliste pour autant. Il a également le mérite d’aborder un sujet peu connu, qui ne nous effleure même pas l’esprit quand on visite un seaquarium.

Vraiment un documentaire capital couronné de trophées qui j’espère raflera l’oscar lors de la prochaine cérémonie!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s